Entretien avec Slim & The Beast

Il y a quelques semaines de cela on vous parlait de la sortie du premier clip du trio Slim & The Beast, Lisbon. J’ai rencontré Aaron, Aurélien et Samuel pour en apprendre plus sur eux, leurs projets à venir et leur histoire. Pour en savoir plus sur le groupe, c’est ici que ça se passe !

Comment vous êtes-vous rencontrés et comment avez-vous décidé de former un groupe ensemble ?
Aurélien : Samuel et moi nous sommes rencontrés sur un terrain de basket à Paris alors qu’Aaron vivait encore aux États Unis. Entre Samuel et moi, le courant est vite passé, on a commencé à parler de musique et après quelques semaines passées à faire connaissance on a décidé de faire une jam-session après le basket. On a joué quelques covers et on a senti une sorte de connexion qui s’est faite très naturellement. Donc on a continué à jouer ensemble régulièrement puis Aaron est venu des US pour rendre visite à Samuel pour les vacances. Du coup Samuel m’a présenté Aaron, qui jouait déjà de la musique de son côté aux États-Unis. On a commencé à jouer tous les trois et tout s’est fait très vite. Aaron avait déjà écrit quelques chansons et Samuel et moi on s’est mis à écrire aussi, du coup quand on a décidé de former un trio chacun est venu avec les chansons qu’il avait écrites et on les a retravaillées ensemble. Ça nous a pris environ deux ans pour venir nous installer tous les trois à Paris et pendant cette période on se voyait pendant quelques semaines pour jouer, soit ici, soit aux États-Unis. Maintenant ça fait six mois qu’on est installés ici.

Aaron, faisais-tu partie d’un groupe ou jouais-tu en solo pendant que tu étais aux US et que tu écrivais tes morceaux ? 
Aaron : je jouais cinq soirs par semaine dans un hôtel en solo, ensuite j’ai créé un groupe et en 2013 j’ai enregistré un disque. Avant ça j’avais l’habitude de jouer avec mon frère, mais en 2010 on a dû faire un break à cause de la distance, on vivait trop loin l’un de l’autre pour continuer. C’est à partir de là que j’ai commencé à jouer de la musique tout seul.

Le trio existe depuis déjà quatre ans, pourtant Lisbon est votre tout premier clip. Pourquoi avoir attendu si longtemps pour sortir votre première vidéo et pourquoi avoir choisi cette chanson comme premier clip ?
Aurélien : on aurait voulu sortir un clip bien plus tôt, mais d’un point de vue financier ça aurait été compliqué, c’est pour ça qu’on a attendu tout ce temps. Et Lisbon, c’est l’une des premières chansons qu’on a écrites tous les trois en tant que trio. On l’a composée il y a trois ou quatre ans, pendant la période où on était tous les trois dans une sorte de relation à distance, c’est-à-dire qu’on ne se voyait pas pendant un bon moment et ensuite on se retrouvait à Paris ou aux États-Unis pendant plusieurs semaines. Au moment où on a écrit ce titre, on était tous les trois à Paris, un peu par hasard. Je revenais d’un voyage au Portugal et j’y avais rencontré une fille qui venait de Lisbonne. Quand je suis revenu, j’ai parlé de cette fille aux deux frères et ils me posaient des questions sur elle pendant qu’on jouait quelques accords ; c’est comme ça que le morceau a peu à peu pris forme. C’est pour ça que le choix de Lisbon comme premier clip est plutôt symbolique.

Votre êtes en pleine préparation de votre premier album, qui sera dans les bacs dans les mois à venir. Vous êtes également sur le point de sortir votre deuxième EP. Comment gérez-vous le fait de préparer ces deux projets en même temps ?
Aurélien : sur l’EP il y a des chansons qui seront aussi sur l’album donc je dirais qu’il s’agit d’une première portion de l’album. Du coup on peut dire qu’ils font plus ou moins partie du même projet : la musicalité et l’ambiance de l’EP seront très similaires à ce qu’il y aura sur l’album. La raison pour laquelle on préfère sortir un EP avant un LP est liée à la façon dont la musique est écoutée aujourd’hui : en tant que nouveau groupe, ce n’est pas forcément évident de débarquer et de démarrer tout de suite en sortant un album, on a peur que ce soit trop d’informations pour le public. On préfère faire les choses par étapes en commençant par des singles, ensuite un EP puis enfin un LP, c’est un cheminement logique.
Samuel : et le fait de gérer les deux projets en même temps n’est pas un problème, les chansons sont déjà écrites et l’énergie de l’album et de l’EP sont déjà définies, maintenant on est dans la phase de peaufinage en studio. On a envie que la production de chaque chanson corresponde parfaitement à l’idée qu’on s’en fait dans notre tête, parce qu’on pense à nos morceaux de façon individuelle et pas seulement en tant qu’ensemble de chansons sur un EP ou un album. Chaque morceau est un monde à part entière avec une énergie particulière. Mais ça ne change pas le fait qu’on a donné à tous nos titres une vibe qui les rapproche tous les uns des autres. Cette atmosphère qui définit nos chansons, on la retrouve dans LisbonClose to You et dans le nouveau single qu’on sortira en septembre et qui s’appellera Tiger Eyes.

Comment définiriez-vous votre style musical ? Quels sont les artistes qui vous influencent le plus ?
Aurélien :  c’est un mix de folk, de pop, de rock, avec parfois une touche de musique électronique. Je dirais que les éléments principaux qu’on peut retrouver dans quasiment tous nos titres sont une énergie positive avec beaucoup de guitares acoustiques et d’harmonies. Nos influences sont plutôt variées, on a grandi en écoutant de la musique afro-américaine et africaine comme du blues, la soul de la Motown, du r’n’b… Mais on a aussi toujours été fans des Beatles ou de James Taylor.
Samuel : on aime aussi beaucoup des chanteurs comme Neil Young, Marvin Gaye, Ray Charles…
Aurélien : et du côté de la musique d’aujourd’hui on écoute de la house, de l’indie rock, de la musique expérimentale comme Tame Impala, Unknown Mortal Orchestra, Mac Demarco… Nos influences sont aussi anciennes que modernes.
Samuel : quand on est musicien les gens ont souvent tendance à vouloir nous catégoriser en nous rangeant dans un genre précis, mais pour nous ça semble compliqué parce qu’on s’inspire de plein de styles, de genres et d’époques différents. On aime le rock, le hip hop, même la musique classique. J’ai eu des leçons de piano quand j’étais plus jeune, j’ai appris à jouer de la musique classique. Il y a vraiment un mélange de plein de choses différentes dans notre musique.

Pensez-vous que vos influences peuvent s’entendre dans vos chansons ?
Aurélien : oui sans aucun doute. Close to You est clairement inspiré de l’univers des Beatles, Lisbon fait un peu penser à Phoenix dans son approche et aussi à Mac Demarco à certains niveaux. Tiger Eyes, le troisième single, est plutôt inspiré par Neil Young. D’autres titres de l’EP ont des inspirations comme D’Angelo, Al Green, Anderson .Paak…

Quels sont vos autres projets ? Prévoyez-vous de sortir de nouveaux clips vidéo prochainement ?
Aurélien : on prévoit de sortir un nouveau clip pour le troisième extrait de l’album. On pense également réaliser des vidéos de covers parce que c’est quelque chose qu’on aime de plus en plus faire. On va aussi sortir des vidéos de reprises de morceaux joués à Woodstock en partenariat avec Rolling Stone pour fêter les 50 ans du festival, on a quatre covers de prévues. L’un de nos autres projets est de laisser plus de place à l’art visuel : c’est Aaron qui se charge de nos différents artworks et cet aspect fait vraiment partie de notre identité.
Aaron : je fais des illustrations et du design graphique donc je m’occupe de tous les visuels de nos promos, que ce soit pour les flyers, les annonces de sorties de chansons ou encore les annonces de dates de tournée. On peut retrouver beaucoup de mes dessins sur notre compte instagram. C’est une esthétique très colorée qui colle bien à l’univers du groupe et qui peut plaire à pas mal de monde.

Quels sont vos artistes, morceaux et albums favoris en ce moment ?
Samuel : en ce moment je suis obsédé par Michael Rault et son album sorti l’année dernière, It’s a New Day Tonight. Il a une très forte vibe des 70s et j’adore ses textes. Chacun des titres de son album est vraiment un univers à part. J’aime aussi beaucoup Frank Ocean, je pense qu’il est une sorte d’inspiration parce qu’en tant qu’artiste il a vraiment su se créer un univers à part entière. Il est très bon en terme de musicalité et c’est un excellent compositeur donc je pense que c’est l’un des meilleurs artistes de notre époque.
Aaron : j’aime beaucoup le nouvel album de Mac Demarco, Here Comes the Cowboy, c’est un disque mélancolique au style plutôt rock. Il y a aussi la chanson Coconuts du Fouk que j’adore ces derniers temps, c’est de la funk house et tout l’album est vraiment sympa à écouter.
Aurélien : je dirais le dernier album d’Anderson .Paak qui s’appelle Ventura, et plus particulièrement le titre Make It Better

Retrouvez ici la reprise de Slim & The Beast du titre Helplessly Hoping de Crosby, Stills & Nash pour Rolling Stone :

Vous voulez suivre l’actualité de Slim & The Beast ?
Leur compte soundcloud
Leur page facebook
Leur compte instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.