Live Report : Matmatah à l’Olympia

Matmatah-Olympia

Hier Soir à Paris, il y avait Matmatah à l’Olympia !

Je pense que tout le monde connaît Matmatah, ce n’est pas la peine de revenir dessus. Même ayant grandi dans la pampa, je connais leurs plus gros tubes ! Après, je dois quand même reconnaitre que pour moi, Matmatah c’est le CD gravé qui faisait le tour de l’internat avec “Lambé An Dro” en boucle. À part ça, je ne connais pas vraiment… voir pas du tout.

Quoi qu’il en soit, le groupe revient sur le devant de la scène avec la sortie de son 5e album “Plates Coutures” ! Oui, déjà 5 albums et une base de fans bien solide qui n’attend que de retrouver les Bretons sur scène. Donc sans surprise : la salle était pleine à craquer, le public était chaud et la Bretagne en force.

Je ne serai jamais venu à ce concert si on ne m’y avait pas expliqué en quoi le retour de Matmatah était quelque chose “à ne surtout pas rater” ! Du peu que je m’en souvienne, ils avaient un son assez particulier. Étant d’un naturel curieux, je me suis dit “why not ?”.

Malgré les années d’absence, Matmatah est très en forme et le plaisir de revenir était vraiment palpable. Surtout que la salle était remplie de gros fans nostalgiques d’une époque qu’ils ne sont pas encore prêts à oublier 😉

Du coup avec un public comme ça, autant vous dire qu’il ne faut pas grand-chose pour que la sauce prenne ! Et c’est d’ailleurs ce qui m’a dérangé durant ce concert. N’étant pas un habitué de leur musique, je suis arrivé avec un regard neutre et surement extérieur au phénomène Matmatah. Du coup, j’ai trouvé ça terriblement plat. Le son était très bon, mais très faible. Lorsque je vais à un concert de rock, j’ai envie d’en prendre plein la tête. Là, les protections auditives étaient inutiles. D’ailleurs, tout autour de moi, les gens n’avaient absolument aucun souci discuter entre eux durant tout le concert. De manière générale, ça manquait de puissance.

Les chansons s’enchainent et on a du mal à rentrer dedans. Il faudra précisément 22 minutes au groupe pour commencer à jouer avec le public en demande et plus que réactif, néanmoins ça reste timide. Le groupe est très statique sur scène, il se contente de rejouer les morceaux de ses albums sans les avoirs pensés pour la scène ou profiter de l’énergie de la salle. “Lambé An Dro” sera balancé en fin de soirée un peu rapidement alors que tout le monde l’attendait de toute évidence.

Matmatah se rattrapera néanmoins avec son premier rappel, en balançant “l’Apologie” dans une version monumentale, pour le coup retravaillée pour la scène avec solo de batterie, échanges avec le public, etc. L’Olympia est en feux, Matmatah balance tout ce qu’il a de mieux, malheureusement on est à 15 minutes de la fin du show…

Le groupe nous offrira tout de même un deuxième rappel plus intimiste, face à une salle qui se vide avant la fin du concert.

Je pense que les fans ont adoré parce que Matmatah reste Matmatah avec ce style particulier qui lui est propre. En ce qui me concerne, je pense que la promesse n’a pas été tenue. Le groupe est bon, ils sont touchants, assez marrants et fidèles à eux même, mais pas à la hauteur d’un Olympia.

Le groupe repasse à la Cigale au mois de mai, je pense qu’une salle plus petite sera probablement plus appropriée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.