Soolking, un roi prêt à prendre sa couronne

Soolking 2018

À ce jour il est une star en Algérie, alors qu’il y a quelques années de ça, il dormait sur les pavés de Paris. Depuis un peu plus de deux ans, il est la coqueluche du rap français. Il multiplie les collaborations et ses tubes Guerilla et Dalida sont désormais des classiques dans les charts français. L’incontournable Zemër qu’il interprète avec Dhurata Dora, une chanteuse germano-albanaise lui donne une visibilité plus internationale.

Né en 1989 dans la périphérie d’Alger sous le nom d’Abderraouf Derradji, Soolking enchaîne les petits boulots dès qu’il est en mesure de travailler. Adolescent il obtient un poste de danseur pour diverses compagnies, celui d’acrobate dans un cirque puis un stage de danse à Paris où il mêle cours et situation précaire, allant jusqu’à dormir dehors. Abderraouf revient de loin, c’est un débrouillard et un acharné qui nous fait part de son épopée dans ses titres.

Ses débuts en tant que chanteur se font avec son groupe Africa Jungle qui se fait d’abord connaître dans son pays natal. Primé à l’équivalent maghrébin de “la France a un incroyable talent” Soolking utilise sa récompense pour financer un des clips de son groupe, clip qui démarre sa carrière musicale. Mais c’est sa rencontre avec Sofiane un rappeur français reconnu qui va faire office de starting block pour Soolking.

Le succès de Soolking résulte certes de sa persévérance et des opportunités qu’il a pu saisir, mais c’est aussi grâce à sa voix. Pas très étonnant pour un chanteur, sauf qu’après plusieurs années de pratique la “touche” Soolking claque. Le jeune homme a trouvé son style et ne s’en défait pas. Une nette transition s’est opérée entre la période Africa Jungle et Guerilla. Son premier album solo Fruit du démon (image en tête de l’article) est sorti en novembre 2018. Il y mélange les genres et les références et nous offre titre après titre un aperçu de son univers.

On pourrait le désigner comme le Justin Timberlake du rap ou de la pop urbaine française. Mais attention ! Lorsqu’on essaie de mettre une étiquette sur ce qu’il fait, il remet tout de suite les pendules à l’heure : “C’est du Soolking !”. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir multiples influences et inspirations qui font de sa musique un genre universel. Entre le rap et le R’n’B, on trouve des influences Raï, musique très répandue au maghreb. Dans son tout dernier morceau, extrait de son futur et deuxième album studio prévu pour 2020, Bébé allô, Soolking s’inspire des premières notes de Sbart ou Tal 3dabi de Cheb Hasni le “rossignol” du Raï algérien.

Son morceau le plus emblématique et qui lui importe le plus est Liberté en collaboration avec Ouled El Bahdja. Sorti en mars 2018, c’est une ballade, une ode à l’Algérie et son peuple, en difficulté face au gouvernement. Ce titre engagé cumule plus de 150 millions de vues. La voix de Soolking agit comme un déchirement et comme une bouffée d’espoir. Les paroles sont belles, poétiques, mais surtout tristement véridiques.

On comprend aisément que Soolking, c’est avant tout une voix et un interprète, à la rigueur un style et un personnage, mais pas un artiste complet. Ses clips n’ont rien d’exceptionnel ou de très personnel, on ne sent pas de volonté de travailler davantage sur son image ou ce qu’il voudrait exprimer, ses clips ne sont là que par nécessité, pour illustrer, pas pour nous apporter une continuité de ses textes ou de son univers si tant est qu’il en ait réellement un.

À part la pochette de Fruit du démon qui illustre le fait que le succès vienne avec le bon et le mauvais et dont le titre vient du manga culte One piece aucune vision ou volonté artistique plus poussée n’apparaît dans ses projets. Soolking est le nom d’un personnage de One piece aussi, mais cela ne nous avance pas vraiment. Il existe très peu d’interviews du chanteur, ce qui rend difficile l’analyse ou l’interprétation de son travail. Ça n’en reste pas moins quelqu’un de très productif avec un timbre et une puissance sans pareille. Il sait poser les bonnes notes sur les bons mots, sa voix si singulière nous emporte facilement. Elle nous berce, nous émeut et véhicule une énergie authentique. Ses hits font l’effet d’un coup de fraîcheur dans le monde musical francophone et ce n’est pas de refus.

On attend son deuxième album avec impatience en espérant voir naître de nouvelles pépites !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.