Rencontre avec Pierre de Maere

Hier Soir à Paris a rencontré Pierre de Maere lors de son passage au Fnac Live. Une interview nostalgique. 

Manon Sage

Bonjour Pierre, peux-tu te présenter pour nos lecteurs ? 

Je m’appelle Pierre de Maere, je suis belge, j’ai 21 ans depuis un mois et je suis auteur compositeur interprète. J’ai sorti mon premier EP qui s’appelle « Un jour, je » il y a six mois avec un label car avant je travaillais en indépendant, mais je n’ai pas eu le temps de faire beaucoup de choses, j’ai sorti un morceau en français il y a deux ans au moment du premier confinement et il a atterri par hasard dans les oreilles de mon directeur artistique d’aujourd’hui qui s’appelle Théo et qui travaille chez Cinq7, mon label. Apparemment il a été séduit, on s’est appelé, je lui ai envoyé 2 maquettes, on a signé un contrat pour 4 albums et depuis un an on travaille ensemble. On a sorti un premier morceau, « Regrets », puis un deuxième et l’EP …

Et d’autres choses à venir sûrement … 

Oui, un album pour la fin d’année.

Quel a été ton parcours, comment t’es-tu lancé dans la musique ? Est-ce quelque chose qui ta passionne depuis tout petit ? 

Depuis toujours, c’est-à-dire que dans la cour de recréation en primaire, je faisais honte à mon frère car je chantais, je faisais des concerts dans un yaourt anglais ne le parlant pas à cet âge là et le français était ringard à mon époque. Il y avait déjà une foule de 30 personnes au moins qui venaient m’écouter, mon frère trouvait que c’était ridicule, moi je trouvais ça génial et les gens étaient plutôt bienveillants. Ça commence comme ça et un beau jour, j’ai 12 ans environ, je me retrouve avec un iPod touch dans les mains et surtout l’application GarageBand qui permet à importe qui de s’initier à la production musicale. J’ai ça entre les mains, je trouve ça génial, en plus c’est très simple d’utilisation et je compose mes premiers morceaux là-dessus, dans un yaourt de nouveau car je ne voulais pas chanter français, je ne connaissais toujours pas l’anglais. Le nom d’artiste s’appelait « Cheap » — pas cher, c’est assez drôle parce que maintenant je me donne une image un peu chic mais à l’époque au contraire c’était bon marché. J’ai envoyé quelques morceaux déjà sur les plateformes, ça a mené à pas grand chose parce que ce n’était pas terrible mais je me suis lancé dans la musique comme ça. 

Il y a ensuite eu un petit arrêt photos vers mes 14-15 ans, une nouvelle fois c’est grâce à un objet matériel : je me suis retrouvé avec un reflex. La première fois que tu fais une photo avec un reflex c’est quelque chose de fort, il y a le viseur, il y a le déclenchement et j’ai donc voulu me mettre à la photo sur un coup de tête, parce que oui je suis un peu comme ça. J’ai d’abord fait des photos de la petite soeur, Eloïse, qui a trois ans de moins que moi et qui est charmante. Je la prenais en photo, puis ça a été ses amis, puis j’ai quitté les personnes lambda et j’ai commencé les mannequins. C’est devenu de la photo de mode et c’est comme ça que je me suis retrouvé dans le stylisme : il fallait gérer la direction artistique, le maquillage etc, et la mode est ainsi entrée dans ma vie.

Pierre de Maere – tous droits réservés

Pierre de Maere – tous droits réservés

Pierre de Maere – tous droits réservés

Puis, un beau jour, j’ai 18 ans, je tombe amoureux et je me dis que quand même l’époque où je chantais c’était plus séduisant que de prendre des photos. Je reprends la chanson en anglais avec une sorte de bagage cette fois-ci, avec l’image, la mode, et je me lance dans un projet global. Je n’étais pas très sûr de moi, ce qui est toujours le cas, mais encore moins musicalement, je n’ai jamais fait de solfège, peu de cours de chant, peu de notions théoriques donc je ne savais rien de la qualité de mon travail, si ce n’était pas trop pauvre pour la radio … à ce moment-là je me dis que je vais faire un bel emballage pour envoyer le truc et on verra… Je fais un morceau en anglais, et on me dit « Pierre … ton anglais vraiment ce n’est pas terrible essaie le français ». Je m’y essaye pour la première fois et vient « Potins absurdes » que j’envoie en mars 2020 et ce morceau arrive dans les oreilles de Théo. 

Ça ne fait pas peur de se lancer en indépendant au départ ? 

Pas tellement car je n’avais pas d’attente derrière, je voulais que ça marche, qui ne le souhaite pas,  mais je n’ai jamais eu peur de la sortie d’un morceau ou d’être indépendant. justement, c’est plus flippant d’être en maison de disques quand tu sais qu’il y a toute une équipe qui a des attentes commerciales derrière. Les sorties ont toujours été pour moi un moment jubilatoire, je préfère sortir un morceau que de la faire car c’est à ce moment-là que tu te rends compte qu’il peut faire écho à certaines personnes, les centaines de réactions où tu vois si ça touche ou non le public, les messages … quand tu vois que ça marche tu as réussi ta vie.

Manon Sage

Finalement beaucoup de chance dans tout ça …

Ouais ouais totalement on peut le dire. Ça a été une suite d’accidents heureux, toutes les étoiles étaient alignées depuis le début. J’espère que ça va continuer, mais pour le moment la vie est belle. 

Tu fais encore de la photo ? 

C’est de la photo qui manquait un peu de personnalité je trouve, techniquement c’était bien dans la gestion de l’image mais ça ne racontait pas grand chose. Je n’en fais plus tellement car je n’ai plus vraiment le temps, par contre j’ai toujours cette envie au fond de moi et j’aimerais bien m’y remettre un jour. En réalité, dans mes projets, je touche à tout, j’ai un oeil sur les clips, les visuels, les concerts, les albums … Je me sers de ma culture photographique pour illustrer mes idées. 

Ton style est justement né en même temps que la musique ou c’est venu petit à petit cette image, ce personnage que tu souhaites faire transparaitre ? 

J’ai l’impression que rien n’a jamais été vraiment pensé dans le sens où je n’ai jamais marqueté quoi que ce soit dans ma tête, j’ai toujours fait ce qui me plaisait et ce que j’estime être beau. Je suis un esthète, j’aime les belles choses. Que ce soit pour la musique ou pour le stylisme c’est la même chose, c’est sur un fond autodidacte et il m’est sûrement arrivé de faire de belles fautes de goût. J’adore les costumes, j’estime que c’est quelque chose qui rend beau mais aussi puissant, intérieurement je me sens fort et je trouve que je chante mieux qu’en marcel, c’est psychologique (rires). Cette image est arrivée tout de suite, dès qu’il a fallu mettre en images mes musiques et vendre le produit. Sur « Potins absurdes » déjà j’avais un jean vintage, chemise en soie, j’étais dans une baignoire dans la salle de bain de mes grands parents où il y a du carrelage rose …

Comme toutes les salles de bain des grands mères … 

J’adore ! C’est super kitch, je suis au téléphone comme ça dans la baignoire vide et c’était tout à fait moi, ce n’était pas du marketing, c’était moi dans la version Pierre vend du rêve. J’estime que le but d’un artiste c’est de vendre du rêve et de permettre à chacun, à ses fans de rendre tout ça magique, scintillant, flamboyant. C’était mon rôle j’ai l’impression, dès le début.

Ça permet peut-être aussi de distinguer celui que tu es dans la vie privée de celui que tu es sur scène ? 

Exactement, sur scène c’est une extension fantasmée. Dans mon EP je parle de fantasmes, de choses que j’ai envie de vivre, et bien c’est la même chose sur scène. C’est le Pierre de Maere authentique, qui ne ment à personne mais dans une construction différente. Il y a Batman et Bruce, c’est ça dans l’idée (rires). 

Qu’écoutais-tu petit et qui a influencé ton travail ? 

J’étais un adepte de la radio et principalement de la radio mainstream, c’est ce qui a fait mon amour du tube et de l’efficacité. J’adore la musique où il n’y a pas besoin de 50 fois pour les comprendre. J’écoutais NRJ à balle, Fun et c’est sans doute ce qui m’a inculqué cette notion de musique lisible et accessible qui n’est pas là pour émoustiller les musiciens. Attention, ça peut être chic à la fois, Billie Eilish est efficace et accessible, Stromae aussi. Dans les chansons francophones c’est plus difficile de trouver cet équilibre. J’écoutais la radio vers 15 ans j’ai commencé à accorder un peu de crédit à ce que disaient mes parents et j’ai découvert qu’en réalité Balavoine c’était génial. Ma mère écoutait plutôt les classiques de la chanson française, France Gall, Balavoine, Polnareff un peu, Goldman et mon père les anglo-saxons, Supertramp, Elton John, Queen. 

Tu es un peu un mélange de tout cela, quelque chose de très français dans les paroles et une musique plus pop-anglaise. 

Absolument, dans l’approche de l’image aussi je trouve que les anglais ont beaucoup de choses à apprendre aux français et aux belges dans l’esthétique. Ils ont un goût qui me plait beaucoup donc quand je pense à un clip il y a beaucoup de références britanniques. Musicalement ils ont l’art de la mélodie, d’ailleurs quand je compose c’est toujours la musique d’abord, quelque accords au piano, une mélodie dans ma tête et jamais un texte d’abord. C’est assez courant comme façon de faire mais c’est vraiment après la mélodie, quand une thématique me vient grâce aux bribes de mots qui sont là qui amènent à une affection que j’écris mon texte. Pour d’autres ce n’est pas toujours comme ça.

Et justement, si tu devais travailler, composer-écrire pour quelqu’un d’autre tu aimerais le faire pour qui ? 

Bonne question, il y a des gens que j’adore mais je ne saurais même pas te dire, mais il y a des gens avec qui j’aimerais travailler : Yaël, je suis fan, c’est un ovni dans le paysage musical francophone. Je trouve que depuis toujours on avance et il y a un côté kitch que j’adore et qui lui va tellement bien. Dans le kitch on a peur d’aucune limite, on se contraint dans rien, on est confronté à aucune barrière du bon goût donc on est cool. Elle fait les choses à fond et si c’est kitch c’est marrant. 

Sur ton premier EP as-tu retravaillé des morceaux que tu avais déjà écrit ou est-ce seulement de la nouveauté ? 

« Regrets », le premier morceau était déjà écrit depuis deux ans avant la sortie de l’EP mais là où c’est le rush c’est surtout pour l’album, qui sort à la fin de l’année et dont tous les titres doivent être terminés pour fin août : j’ai terminé 7 morceaux, ils sont même enregistrés dont je suis très fier mais je dois encore en écrire 4 environ sur un mois et demi ça me semble un peu fou. Un été ma foi, complètement fou ; c’est pour ça au bout de deux albums je me ravise après je pars à la retraite, je vais en Grèce (rires). 

 

Qu’est-ce que ça te fait d’entamer la soirée ce soir au FNAC Live ? 

Je suis excité, pas seulement parce que les dates ça me fait souvent fort peur, et que je préférerais pour mon stress qu’on m’appelle pour me dire que c’est annulé mais là je n’ai qu’une envie : être sur scène, le lieu est fou, on m’a dit que le public était très excité du fait que ça soit gratuit, à Paris, il y a une sorte de ferveur, les gens sont à fond. J’ai hâte d’y être même si j’ai déjà la boule au ventre forcément. Le cadre, le lieu, les gens, la météo, tout est réuni. En plus il y a des belles têtes d’affiche donc j’ai hâte de voir ce que ça va donner.