Morrissey – Low in High School

morrissey_low_high_school_1000

A peine quelques semaines après la remasterisation de l’album des Smiths The Queen is Dead, l’ex-chanteur du groupe Morrissey sort son onzième opus solo, Low in High School. Si son prédécesseur, World Peace is None of Your Business, a remporté un franc succès auprès du public et des critiques, ce nouveau disque est beaucoup moins convaincant. Pourquoi ?

Ce que l’on remarque d’entré à propos de cet album, c’est son fort engagement politique. Dans un premier temps, c’est à travers la pochette que le message passe avec l’image d’un enfant dont la pancarte réclame de « mettre fin à la monarchie ». Morrissey ne cesse de partager ses pensées politiques et sociales dans ce disque avec des chansons aux titres évocateurs : The Girl From Tel-Aviv Who Wouldn’t Kneel, Who Will Protect Us From the Police?, Israel, mais surtout Jacky’s Only Happy When She’s Up on the Stage. Ce dernier traite de la sortie du Royaume-Uni de l’UE et le chanteur mancunien y revendique son opinion pro-Brexit, avis peu partagé dans la musique britannique qui a de fortes chances de faire polémique au sein de son public. Rien à redire de ce côté, si l’on n’approuve pas forcément tout ce que dit Morrissey ses titres ont au moins l’avantage de faire réfléchir.

En revanche, ce qui est vraiment gênant et qui dessert fortement l’album, c’est la surproduction de deux tiers des titres. Les morceaux ont tous beaucoup de potentiel, mais ils sont surchargés de fioritures qui gâchent l’ensemble. Le premier single de l’album Spent the Day in Bed, par exemple, avait tout du titre parfait : une très belle voix bien sûr, mais aussi des paroles fortes, une dénonciation de la société et de son brainwashing permanent, l’un des thèmes de prédilection de Morrissey. Mais le tout est envahi de synthés omniprésents qui étouffent complètement le message de base du morceau. Il en va de même pour Who Will Protect Us From the Police? qui suit le même schéma : message important, paroles intéressantes, surproduction qui manque de subtilité et d’intérêt. C’est dommage. Heureusement, certains titres sauvent ce disque et, sans surprise, ce sont ceux qui ont su rester les plus simples. My Love I’d Do Anything for You, Home Is A Question Mark, All the Young People Must Fall in Love et Israel sont les meilleurs morceaux de l’opus et ils rendent vraiment justice au talent de Morrissey.

En voulant trop bien faire pour cet album très attendu, l’artiste finit par se saboter lui-même avec une production qui retire tout son charme à ses chansons. Morrissey est quelque peu décevant avec Low in High School, mais il ne faut pas non plus tout voir en noir puisque certains morceaux valent réellement la peine d’être écoutés. Voici une version live du premier morceau du disque, qui est l’un d’entre eux :

Et vous, que pensez-vous de cet album ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.