Mika alias Michael Holbrook

Il y a le Mika chanteur dont les mélodies pop acidulées ont rempli le Parc des Princes. Il y a le Mika malicieux qui vit entre un dessin animé coloré et les portes du paradis. Il y a le Mika showman qu’admirent l’Europe, l’Amérique et l’Asie.

Mais voilà que Mika recule d’un pas et fait place à Michael Holbrook. Sans doute le plus authentique des Mika. Parce que Michael est cet enfant étrange qui servait jadis de souffre-douleur dans la cour de récréation, ce gamin qui a bossé dur sa musique sous la pression de sa mère et de ses professeurs, celui qui a toujours su voir de la beauté dans la tristesse. Michael, c’est la présuite de Mika. Car Mika n’aurait pas existé sans Michael. Parce que Michael Holbrook, c’est Mika, à l’état-civil…

Mika

My Name is Michael Holbrook signe le retour de Mika, servi par la plume de Michael, le mec qu’il aurait été si le souffle de la pop ne l’avait pas emmené ailleurs, si l’un n’avait pas fait éclore les rêves de l’autre… Ce cinquième album s’ouvre sur un titre, Tiny Love, dont l’entame sonne comme une promesse : « My name is Michael Holbrook, I was born in 83 ». On comprend alors que Mika va se dévoiler : peines, histoires de famille, réflexions personnelles… A l’oreille, ça sonne comme un retour aux sources assumé : le polyptyque en 6 actes recouvre des mélodies tantôt piano-voix tantôt plus fournies qui n’auraient pas dépareillé dans Life in Cartoon Motion (2007). 

Pour raconter Michael, Mika mise sur des mélodies des années 80. Dans Dear Jealousy, à un rythme qui rappelle le beat puissant de Michael Jackson, Mika écrit sa lettre à la jalousie. Il lui avoue regarder avec envie la vie de ses aînés et celle qu’il aurait pu avoir sans le business musical. Cette industrie polluante dont il s’efforce de s’éloigner pour épancher sa soif d’authenticité… 

A ce petit jeu de la nostalgie, on finit forcément par croiser Michael Holbrook auquel Mika rend visite dans I Went to Hell last Night. C’est l’heure de l’inventaire des blessures intimes qui vont de la solitude profonde à la violence scolaire. Michael a connu l’une et enduré l’autre. Mais le malheur a ses bons côtés : Mika se nourrit de Michael pour fleurir.

Mika

Assez parlé de lui ! Le chanteur profite de ce nouvel opus pour régler quelques comptes avec la vie.

Cry puise dans la plus classique des recettes de Mika : une musique entêtante et un texte dur envers la personne qu’il aime. Autre trouvaille ayant fait ses preuves : les performances vocales faites d’acrobaties aiguës. Dans Blue, musique reléguée en arrière-plan, Mika nous berce d’une voix lente, tendre et d’une justesse magnifique. Il casse les codes de genre entre féminin et masculin : chacun a ses faiblesses et peut les assumer parce que seule importe la sincérité. 

L’album laisse aussi une large place aux femmes qui l’ont vu grandir et s’épanouir.
Hommage est rendu à sa soeur, Paloma, de deux ans son aînée. En 2010, elle chute depuis la fenêtre de son appartement. Mika exprime sa vulnérabilité et celle de sa famille face à l’événement. Mais également, sur fond de gospel, la beauté des choses. Parce qu’après des mois d’hôpital, Paloma revit, notamment grâce à la naissance de son fils.

Cette part sombre de l’existence, c’est aussi le cancer de sa mère, Joannie. Bien que malade, elle a rejoint Mika (et Paloma) dans le studio d’enregistrement pour livrer ce qui est sûrement l’une des plus belles chansons du répertoire : Tiny Love Reprise.

Mika y reprend la phrase « My name is Michael Holbrook, I was born in 83 ». L’orchestre s’emballe. D’une voix protectrice, Joannie évoque cet amour qui unit la tribu, un amour si puissant qu’il a porté Paloma lors de sa convalescence. Les choeurs soutiennent la voix de Joannie, puis s’effacent au profit de Paloma qui, à son tour, s’approprie la phrase clé. Elle remercie sa famille, avant que Mika ne reprenne la chanson pour fermer l’album, avec toujours plus de coffre, toujours plus de force et suffisamment d’amour pour nous donner un aperçu de l’infini.

Mika sera en tournée dans toute la France à partir du 15 novembre. Info et réservation ici.

Découvrez le clip de Tiny Love :

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.