L’homophobie dans la musique, une triste réalité

homophobie

L’homophobie désigne le mépris, la haine, ou la crainte envers les homosexuels ou l’homosexualité, elle est punie par la loi (l’article L. 1211-6-1 du Code de la santé publique dispose désormais que « nul ne peut être exclu du don de sang en raison de son orientation sexuelle ».) par exemple.

Toujours malheureusement ancrée dans certains milieux sociaux (majoritairement religieux et défavorisé culturellement ou financièrement), le monde la musique ne fait pas exception à ce triste phénomène social.

En terme de musique, l’homophobie est surtout présente dans le rap, même si elle peut être repérée au sain d’autres genre musicaux, ainsi, voici une liste d’oeuvres françaises, ouvertement homophobe:

  • 1907 : Chanson de l’armée allemande (Pierre-Louis Flers/Alfred Patusset) par Maurel et Vilbert
  • 1908 : Scandale teuton (J. Péheu/T. Poret) par Jean Péheu34
  • 2001 : MakouméBrilé Yo et Batty Boy Dead Now par Admiral T
  • 2004 : McDoom Dead par Krys
  • 2009 : Cessez le feu par Sexion d’assaut
  • 2009 : On t’a humilié par Sexion d’assaut

Lefa, un membre du groupe Sexion d’assaut avait ouvertement déclaré à International Hip-Hop son hostilité aux homosexuels et à l’homosexualité:  ”Pendant un temps, on a beaucoup attaqué les homosexuels parce qu’on est homophobes à cent pour cent et qu’on l’assume » ainsi que « pour nous, le fait d’être homosexuel est une déviance qui n’est pas tolérable » et que « l’homosexualité est loin de nos pratiques. On ne la comprend pas. On vient d’un milieu où il n’y en a pas”.

Pourtant, le groupe avait fini par présenter ses excuses, excuse qui n’ont pas convaincu tout le monde.

Sexion d’assaut ne sont pourtant pas les seuls rappeurs homophobes, ainsi le rappeur Kery James, avait déclaré dans sa musique hardcore: Hardcore, deux pédés qui s’embrassent en plein Paris.

Les cas respectifs de Sexion d’assaut et Kery James ne sont que deux exemples qui couvrent une réalité sociale très complexe, qui, peut-être de déconstruit lentement, laissant briller une lueur d’espoir et d’optimisme…