Emmanuel, un album aussi riche que sa couverture

Anuel Aa 2020

Anuel Aa, une des principales figures de la musique latino actuelle, connu à l’international, sort son deuxième album studio Emmanuel. Après avoir enchainé les hits ces dernières années, avec par exemple Ella Quiere Beber (clip ci-dessous), un premier album et de multiples collaborations, Anuel revient plus assuré et grandi qu’auparavant. Dans cet album de 22 titres, sorti précisément le 29 mai 2020, riche de nombreux featurings, on peut écouter le rappeur jouer avec son style et son flow assumés, tout en passant d’un genre musical à un autre.

Rock, Pop, R’n’B, Reggae, Reggaeton, et d’autres encore, la diversité est omniprésente tout en étant dans l’ensemble un album indéniablement rap et trap. Anuel est considéré comme étant un pionnier de la trap latino, on le surnomme même El Dios del trap, inutile de traduire … Qu’ils soient doux ou plus rythmés, voire parfois agressifs, les 22 titres donnent tous envie de danser et sont étonnamment mélodieux. Chaque morceau est une surprise, toujours meilleure que la précédente en aléatoire ou dans l’ordre initial de la track list. Tous les titres ont leur propre identité et ont une touche qui nous pousse à les apprécier. Et pas qu’un peu.

La pochette de l’album (image de présentation) peut paraître un peu fade, malgré son pesant en or et en carras. Ou surchargée, il ne faut pas oublier que même si on voit cette pochette d’un oeil extérieur au rap et à sa culture, en plus de la culture latino, les codes et les symboliques sont très présentes et ont toutes leur importance sur cette photo. Aussi kitsch, tapageur ou aussi lassant que cela puisse paraître. Ces chaines et ces bijoux en or symbolisent bien plus que leur apparence première. Ce sont les symboles de la réussite, de la stabilité, de la richesse bien sûr mais aussi d’un passé plein d’obstacles et plus spécifiquement dans le cas d’Anuel Aa, ces chaînes ne sont non pas liées à l’esclavage comme pour les rappeurs noirs ou afro-américains, mais tout simplement à son appartenance au rap game, au-delà de toute couleur de peau ou d’appartenance géographique.

Selon moi les meilleurs morceaux de l’album sont : No Llores Mujer, Somo o No Somos, Hasta Que Dios Diga (clip ci-dessous), Futbol & Rumba, Que Se Joda, Antes y Después, Asi Soy Yo, El Problema, Secreto et China. Travis Barker, batteur du groupe Blink-182, Bad Bunny, Lil Wayne, Karol G et d’autres font partie des artistes invités sur ce projet.

Avec Emmanuel, Anuel s’impose comme un élément marquant de la culture latino et de son rap, de nos jours. Par le projet qu’il nous vend et par sa notoriété déjà existante. Bien qu’il n’ai pas toujours été un homme exemplaire, ce qui finit toujours par avoir des conséquences surtout lorsqu’on est aussi connu et aussi exposé, il nous montre pourtant qu’il mérite la place qu’il occupe aujourd’hui dans l’industrie de la musique, de par la qualité de son projet et l’étendue de son talent qui transparaît plus que jamais selon moi dans cet album.

On peut sans aucun doute qualifier Emmanuel de réussite et de prouesse, tant c’est un album est travaillé et rempli d’une énergie, d’émotions qui nous vont droit au coeur, sans même comprendre l’espagnol.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.