Ruby Rodd et Emoji, sa berceuse effet massue

Ruby Rodd 2019

Âgé de 20 ans Ruby Rodd est un emo-rappeur français. Actif publiquement depuis 2017 il s’inspire beaucoup des États-Unis en allant de la pop urbaine avec Post Malone ou The Weeknd au funk avec Barry White ou George Michael sans oublier quelques influences féminines avec Whitney Houston et Mariah Carey. Bien que ses principaux modèles soient britanniques ou américains, Ruby chante en français.

La plupart du temps ses morceaux ne me plaisent pas. Je les trouve répétitifs, longs et ennuyeux. Lorsque je l’écoute, c’est comme s’il n’allait pas au bout de ses capacités, ce qui est assez frustrant. Autre chose qui me gêne c’est que je ne vois pas de ligne directrice dans ses interprétations, on voit qu’il est passionné, qu’il aime ce qu’il fait et qu’il a un certain talent ou du moins une prédisposition, mais on ne sait pas où il veut nous emmener, ce qui crée un défaut de plus. Nubes son premier album sorti en juillet 2019 m’avait donné espoir quant à une possible amélioration, malheureusement, je ne suis toujours pas convaincue.

En revanche, Emoji sort clairement du lot. Ce titre installe tout de suite une ambiance grâce à une prod entre la voix et l’instrument qui nous happe à la première écoute. Son timbre s’imbrique parfaitement avec la mélodie et le rythme est très équilibré. Les paroles sont un peu plus recherchées que sur les autres sons et on sent une maîtrise plus prononcée. Les paroles font sens, sont structurées et l’atmosphère est définie dès le départ. Le clip tourné pour ce titre est un plus, il apporte davantage de profondeur à ce que raconte le morceau et nous éclaire sur l’idée de Ruby.

Il semble pourtant que je sois une des rares à ne pas apprécier le travail du jeune artiste qui rencontre un certain succès sur YouTube. De plus il signe chez Sony Music dès 2017 soit dès son premier single mis en ligne ce qui n’est pas le cas de tous les musiciens.

Emoji est le titre idéal pour s’évader quelques minutes et se laisser emporter par son ambiance aux airs de “berceuse urbaines”. Ruby Rodd n’est peut-être pas le meilleur dans son domaine, mais il parvient tout de même à nous surprendre le temps d’un instant.